| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

  
Responsabilité du médecin généraliste après avis d’un spécialiste

mardi 20 juin 2006

steth.jpg"Si le médecin généraliste est indépendant et ne peut se contenter de suivre les prescriptions d’un spécialiste lorsqu’il en constate l’insuffisance, sa responsabilité ne saurait être engagée pour avoir tardé à remettre en cause le diagnostic donné par un spécialiste dans un domaine où ce diagnostic est habituellement difficile à établir, la circonstance de la certitude affichée par le spécialiste le conduisant légitimement à délaisser tout soupçon à l’égard de l’affection réelle pour explorer vainement d’autres domaines".

C’est ce qu’a décidé la 3e chambre de la cour d’appel de Versailles, le 18 février 2005.

Bulletin d’information de la cour de cassation du 15 septembre 2005, n°625


VOIR EN LIGNE :

 

Forum de la brève



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


Espace publicitaire

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Ostéopathie, qui peut faire quoi ?
L’Interne face au dossier médical
Petit guide juridique du consommateur de chirurgie esthétique non réparatrice
Afficher les tarifs : une obligation commune à tous les professionnels de santé
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Les infections nosocomiales (1/2)
Bon de transport : mode d’emploi
Le médecin soumis à la publicité
Ecole et certificats médicaux
À quoi sert une assurance responsabilité civile professionnelle médicale ?

THÈMES ABORDÉS

Jurisprudence
Le médecin face aux limites de l’obligation d’information
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
L’appréciation souveraine des juges du fond
Les implications de l’affaire Perruche
Les publications médicales dans les prétoires
Confusion dans la composition du Conseil national de l’ordre des médecins
Prévention, aptitude et médecine du travail
Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Grandes manœuvres par motifs implicites
Appel du médecin par la sage-femme  
Le conseil de l’ordre des médecins n’est pas seul juge  
Responsabilité de l’interne  
Astreinte médicale et établissement privé  
Médecin européen et titre d’ancien chef de clinique-assistant  
L’épilation réservée aux médecins  
Vente de dispositifs médicaux par Internet  
Alcoolémie et réquisition  
Stomatologie et chirurgie plastique  
Collecte d’adresses électroniques  

Médecine
Législation et verres correcteurs (1/2)
Médecine, Europe et amnistie
Soyez votre propre médecin traitant !
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
La saga de l’assurance Responsabilité civile professionnelle
Les sinistres médicaux déclarés semblent moins nombreux que prévu
Le piège des bonnes pratiques médicales
La chirurgie esthétique : une chirurgie pour tous ?
Diplômes de la communauté européenne
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
Candidats aux emplois publics : rémunération des médecins agréés  
Du mésusage du terme « certain » dans une expertise  
Levée de l’anonymat dans les centres de dépistage : les garanties de la CNIL  
Répartition des médecins libéraux  
Le médecin généraliste : interface entre le patient et la justice  
Réforme de la première année de médecine  
Permanence des soins et fêtes de fin d’année  
Les médecins notés par les patients  
Examen périodique de santé  
Qu’est ce-que le droit médical ?  
 

Autres brèves de cette rubrique
 
Combien de temps faut-il conserver les documents santé ?
Restriction des bons de transport
Levée de l’anonymat dans les centres de dépistage : les garanties de la CNIL
Belgique : une meilleure protection des données médicales confiées à l’assureur
Scolarité : une demande de certificat médical n’est justifiée que dans certains cas parfaitement définis
Code de déontologie des masseurs-kinésithérapeutes : une vraie nouveauté ?
Cadre juridique du métier de pharmacien
Collaborateur salarié : les contrats proposés par l’Ordre des médecins
Loi de financement de la sécurité sociale pour 2009
La certification des logiciels d’aide à la prescription officialisée

 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5