| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

  
Tatouage et piercing : le trou législastif enfin calligraphié

mardi 26 février 2008

Le décret n° 2008-149 du 19 février 2008 fixant les conditions d’hygiène et de salubrité relatives aux pratiques du tatouage avec effraction cutanée et du perçage, et modifiant le code de la santé publique (dispositions réglementaires) a été publié au Journal officiel n°0043 du 20 février 2008.

La loi n’a pas eu recours à l’anglicisme piercing et lui a préféré le mot perçage, au besoin en lui ajoutant l’adjectif corporel. Le tatouage comprend quant à lui le maquillage permanent.

© Slavoljub PantelicDe telles activités doivent être déclarées auprès du préfet du département du lieu d’exercice. Ceux qui les exercent doivent avoir suivi une formation aux conditions d’hygiène et de salubrité prévue par le code de la santé publique.
Les apports de ce décret comprennent que "le matériel pénétrant la barrière cutanée ou entrant en contact avec la peau ou la muqueuse du client et les supports directs de ce matériel sont soit à usage unique et stériles, soit stérilisés avant chaque utilisation". Il est aussi prévu que "les locaux comprennent une salle exclusivement réservée à la réalisation de ces techniques." Reste à attendre le décret d’application pour connaître les modalités pratiques de ces parties du texte.
Autre point important, les déchets produits sont assimilés aux déchets d’activités de soins à risques infectieux [1] ce qui implique des contraintes importantes pour les enseignes pratiquant le tatouage et le piercing.

Il existe des dispositions spécifiques au perçage du pavillon de l’oreille et de l’aile du nez quand il est réalisé par la technique du pistolet perce-oreille.

Dans tous les cas, il est interdit de pratiquer ces gestes sur une personne mineure sans le consentement écrit d’une personne titulaire de l’autorité parentale ou de son tuteur. Les personnes réalisant ces pratiques sur une personne mineure doivent être en mesure, pendant trois ans, de présenter la preuve de ce consentement aux autorités de contrôle.

Les tatoueurs ou les perceurs sont soumis à une obligation d’information. Ils doivent mettre au courant leurs clients, avant qu’ils se soumettent à ces techniques, des risques auxquels ils s’exposent et, après la réalisation de ces techniques, des précautions à respecter. Cette information est affichée de manière visible dans le local où ces techniques sont pratiquées et est remise par écrit aux clients. Le décret d’application de ces dernières dispositions est lui aussi attendu.

Enfin, des sanctions sont prévues pour ceux qui ne respecteraient pas ces règles.


[1] Voir "Traitez... vos déchets de soins" sur ce site.


VOIR EN LIGNE : Le décret sur Legifrance.

 

Forum de la brève



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


Espace publicitaire

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Le droit de prescription est-il à vendre ?
Un médecin libéral peut-il refuser de voir un patient ?
La résiliation unilatérale d’un contrat d’exercice libéral
Médecin collaborateur libéral : du pour et du contre...
Etat du droit et optométrie en 2006
Du serment d’Hippocrate au serment médical
Des médecins libéraux réquisitionnés dans l’Essonne
Le secret médical n’est plus...
Unions : des dispositions législatives insuffisantes
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat

THÈMES ABORDÉS

Jurisprudence
La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Grandes manœuvres par motifs implicites
Les fondements de la responsabilité médicale
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
L’appréciation souveraine des juges du fond
Les publications médicales dans les prétoires
Les infections nosocomiales (1/2)
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Plus large prise en charge des soins dans l’Union européenne  
Inscription et réinscription des experts  
Naissance et droit pénal  
Cour d’appel et incapacité permanente partielle  
Arrêt de travail, accident du travail et reprise  
Arrêt de travail et sorties libres  
Exercice illégal de la pharmacie : quatre gérants d’herboristerie chinoise condamnés  
Travail, santé et discrimination  
Cadre infirmier et caisson hyperbare  
Tatouage et piercing : le trou législastif enfin calligraphié  

Santé publique
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Votre logiciel de prescription respecte t-il la Loi ?
Les infections nosocomiales (2/2)
Législation et verres correcteurs (2/2)
La déclaration de choix du médecin traitant
Le contrat première embauche : la folie
Chercheurs en droit de la santé
Responsabilité pour faute d’un médecin psychiatre
Traitez... vos déchets !
Cologne, la circoncision et le Sida
Sommet international des fruits et des légumes  
Forfait hospitalier : 18 euros depuis le 1er janvier 2010  
Cancer du col de l’utérus, vaccin et décès non imputables  
Grand froid et produits de santé  
Syphilis : en verra-t-on le bout ?  
Afssaps et associations de patients consommateurs  
Décision en santé publique : obligation, négociation, participation ?  
La CNIL autorise les expérimentations du dossier médical personnel blanc  
Code de la santé publique  
Publicité sur le tabac et Convention européenne des droits de l’homme  
 

Autres brèves de cette rubrique
 
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire
Le dépistage obligatoire et gratuit de la surdité neonatale a été voté par l’Assemblée nationale
L’affaire Tarpin met en difficulté l’institution ordinale
L’affaire Smet-Delajoux : défaut d’information ?
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction
HPST : le recul de Roselyne Bachelot
Les ordres désapprouvent les procédures de coopération entre professionnels de santé
Forfait hospitalier : 18 euros depuis le 1er janvier 2010
Certificats de complaisance : un médecin bordelais mis en examen
La chirurgie plastique face aux poursuites pénales

 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5