| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

  
Médecine : des changements législatifs importants pour 2008

vendredi 7 décembre 2007

La loi de financement de la sécurité sociale pour 2008 a pris sa forme définitive et instaure de nombreux changements dans l’exercice médical en France, dont encore et toujours de nouvelles obligations pour les praticiens.

L’article 28 du projet de loi de de financement de la sécurité sociale pour 2008 (PLFSS) devient l’article 39 et dit :

« Une information écrite préalable précisant le tarif des actes effectués ainsi que la nature et le montant du dépassement facturé doit être obligatoirement remise par le professionnel de santé à son patient dès lors que ses honoraires dépassent un seuil fixé par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale, sauf si le professionnel prescrit un acte à réaliser lors d’une consultation ultérieure, auquel cas il est tenu de remettre à son patient l’information préalable susmentionnée, y compris si ses honoraires sont inférieurs au seuil fixé par l’arrêté précité. L’inobservation de cette obligation peut faire l’objet d’une sanction financière égale au dépassement facturé, mise en œuvre selon la procédure mentionnée à l’article L. 162-1-14 du code de la sécurité sociale.

« Le professionnel de santé doit en outre afficher de façon visible et lisible dans sa salle d’attente ou à défaut dans son lieu d’exercice les informations relatives à ses honoraires, y compris les dépassements qu’il facture. Les infractions aux dispositions du présent alinéa sont recherchées et constatées dans les conditions prévues et par les agents mentionnés à l’article L. 4163-1. Les conditions d’application du présent alinéa et les sanctions sont fixées par décret en Conseil d’État. »

Une information écrite préalable ne veut pas dire un devis, même si c’est comme ça que les choses vont être reprises dans la presse. Un devis implique des obligations que ce texte n’implique pas.

Une nouveauté est l’information tarifaire préalable obligatoire, peu importe le montant du dépassement, si le patient doit revenir pour un examen complémentaire, il doit être informé avant de revenir du tarif de la consultation suivante.

L’affichage en salle d’attente ne va plus concerner simplement les cinq actes les plus courants... Et il y aura plus de contrôles puisque les agents de la direction générale du contrôle de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF) ont été réhabilités dans cette fonction.

Les infirmiers vont pouvoir effectuer des vaccins sans prescription médicale. C’est un nouveau transfert de compétence.

Un médecin conventionné va pouvoir passer un contrat avec sa CRAM.

« Ce contrat comporte des engagements individualisés qui peuvent porter sur la prescription, la participation à des actions de dépistage et de prévention, des actions destinées à favoriser la continuité et la coordination des soins, la participation à la permanence de soins, le contrôle médical, ainsi que toute action d’amélioration des pratiques, de la formation et de l’information des professionnels.

« Ce contrat détermine les contreparties financières, qui sont liées à l’atteinte des objectifs par le professionnel ou le centre de santé. »

Des médecins se demandent déjà s’il faut faire confiance aux caisses régionales d’assurance maladie (CRAM) pour respecter leurs engagements ? Qu’adviendra-t-il si le médecin souhaite rompre le contrat ? Pourra-t-il seulement le faire ?

Des expériences commencent pour changer le mode de rémunération des médecins. Il semble exister une volonté de voir disparaître le paiement à l’acte.

La contribution forfaitaire des professionnels de santé n’assurant pas de transmission électronique de leur feuille de soins a été réintroduite dans la loi.

la possibilité pour les centres hospitaliers régionaux de faire appel à des praticiens libéraux est, elle aussi, réapparue dans la loi.


VOIR EN LIGNE : Les détails sur le site securite-sociale.fr

 

Forum de la brève



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


Espace publicitaire

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Des médecins libéraux réquisitionnés dans l’Essonne
Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
Médecine, Europe et amnistie
L’appréciation souveraine des juges du fond
La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
La résiliation unilatérale d’un contrat d’exercice libéral
Grandes manœuvres par motifs implicites
L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire
Unions : des dispositions législatives insuffisantes
Responsabilité civile 2006 : de nouvelles difficultés à prévoir ?

THÈMES ABORDÉS

Législation
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Ostéopathie, qui peut faire quoi ?
Incapacité, invalidité et handicap
2007 : enfin la transparence de l’assurance responsabilité civile professionnelle médicale ?
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Assurance responsabilité civile professionnelle médicale : l’initiative privée mise à mal
Votre logiciel de prescription respecte t-il la Loi ?
Médecine et justice aux Etats-Unis
Médecin collaborateur libéral : du pour et du contre...
Le certificat d’aptitude à la vie scolaire n’a pas de fondement légal
Médicaments et essais cliniques  
Hébergement du dossier médical  
Groupe de travail national « amiante et fibres »  
Loi et handicap  
Réforme des tutelles et curatelles  
L’usage du titre de docteur en chirurgie dentaire  
VIH et accident du travail  
Levée de l’anonymat dans les centres de dépistage : les garanties de la CNIL  
Cumul emploi / retraite des médecins libéraux  
Amiante et cabinet médical  

Médecine
Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
Rédaction
Les sites syndiqués par Droit-medical.net
Diplômes de la communauté européenne
Les implications de l’affaire Perruche
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Législation et verres correcteurs (1/2)
Afficher les tarifs : une obligation commune à tous les professionnels de santé
Justice pénale et santé  
Evaluation des pratiques médicales : enjeux sanitaires et juridiques  
Avenants de fin d’année  
Crise bancaire et crise cardiaque  
Combien de temps faut-il conserver les documents santé ?  
Formation des internes spécialisés en médecine générale en droit de la santé  
Médecin esthéticien, plaquette publicitaire d’un produit et obligation d’information  
Médecin, responsabilité contractuelle et soins conformes aux données acquises de la science  
Examen périodique de santé  
Faut-il développer l’automédication en France ?  
 

Autres brèves de cette rubrique
 
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire
Le dépistage obligatoire et gratuit de la surdité neonatale a été voté par l’Assemblée nationale
L’affaire Tarpin met en difficulté l’institution ordinale
L’affaire Smet-Delajoux : défaut d’information ?
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction
HPST : le recul de Roselyne Bachelot
Les ordres désapprouvent les procédures de coopération entre professionnels de santé
Forfait hospitalier : 18 euros depuis le 1er janvier 2010
Certificats de complaisance : un médecin bordelais mis en examen
La chirurgie plastique face aux poursuites pénales

 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5