Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 546

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 548

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 550

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 546

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 548

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 550
Médecin esthéticien, plaquette publicitaire d’un produit et obligation d’information - DROIT MEDICAL - Revue
 

  | SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

  
Médecin esthéticien, plaquette publicitaire d’un produit et obligation d’information

mercredi 5 décembre 2007

Après seize années de combat judiciaire, la 1re chambre civile de la Cour de cassation confirme l’indemnisation d’une patiente désireuse de suivre un traitement d’effacement de rides et imperfections cutanées. Elle a subi pour cela des injections de Dermalive, produit fabriqué et vendu à ces fins par un Laboratoire. Des nodules inflammatoires sont ultérieurement apparus sur le visage de la patiente, et en lien certain de causalité avec les interventions opérées, le praticien et la société ont été condamnés in solidum à dommages-intérêts envers elle.

Pour condamner la société, il lui a été reproché que la plaquette publicitaire remise à la patiente ne mentionne pas le risque d’effets indésirables tels que ceux survenus. Cette brochure publicitaire se contente d’une mention expresse "un impératif : demander conseil à votre médecin". Or ces effets indésirables sont présents dans la littérature médicale et ont une incidence sur un éventuel renoncement de la patiente aux soins.

Pour condamner le médecin, il lui a été reproché de ne pas avoir informé la patiente des effets indésirables liés au produit alors qu’il en avait lui même connaissance, en particulier de par la notice d’utilisation fournie avec la substance à injecter. A aussi été retenu contre lui, le fait d’avoir injecter une quantité de produit excessive. En effet, le médecin a réalisé une deuxième injection, quantitativement minime, trois semaines environ après la première injection, sans respecter le délai d’au moins trois mois qui est préconisé par le Laboratoire.

La décision de la Cour de cassation (cassation partielle sans renvoi du 22 novembre 2007) montre que l’on ne badine pas avec les plaquettes publicitaires.


VOIR EN LIGNE : La décision de la Cour de cassation sur Legifrance

 

Forum de la brève



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


Espace publicitaire

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Des produits de santé défectueux...
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
Le dossier médical face à la gestion des risques juridiques et financiers
La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Votre logiciel de prescription respecte t-il la Loi ?
Grandes manœuvres par motifs implicites
Renouvellement de la prescription de lunettes par l’opticien
Le contrat première embauche : la folie
Confusion dans la composition du Conseil national de l’ordre des médecins

THÈMES ABORDÉS

Jurisprudence
Les implications de l’affaire Perruche
Les fondements de la responsabilité médicale
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Le médecin face aux limites de l’obligation d’information
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Les infections nosocomiales (1/2)
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
L’appréciation souveraine des juges du fond
Les infections nosocomiales (2/2)
Rechute d’un accident du travail chez un employeur différent  
Croix rouge et mission de service public  
Ménagez vos chèvres  
Secret médical opposable au médecin-expert  
Responsabilté pénale et anesthésie  
Toutes les jurisprudences en droit médical  
Cliniques, médecins et publicité  
La médecine n’est pas le monopole des médecins  
Foetus et état civil  
Chirurgien-dentiste et indemnité de non-concurrence  

Médecine
Diplômes de la communauté européenne
Soyez votre propre médecin traitant !
Le travail aidé : complémentarité ophtalmologie - orthoptie
Le certificat d’aptitude à la vie scolaire n’a pas de fondement légal
La violence en médecine
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
La chirurgie esthétique : une chirurgie pour tous ?
La saga de l’assurance Responsabilité civile professionnelle
Afficher les tarifs : une obligation commune à tous les professionnels de santé
Chauffards de la responsabilité civile professionnelle médicale ?
Faut-il développer l’automédication en France ?  
Victimes de l’amiante et cessation anticipée d’activitée  
Rapport sur l’assurance en responsabilité civile professionnelle médicale  
Les médecins notés par les patients  
Carnet de santé maternité  
Médecin étranger et Guyane  
Justice pénale et santé  
Les médecins sont des numéros  
Les droits des conjoints collaborateurs  
Widget Mac - L’actualité en droit médical sur votre dashboard  

Médicament
Des médicaments utilisés en dehors des indications de l’autorisation de mise sur le marché
Des médicaments à usage pédiatrique...
Les médecins sont-ils des dealers ?
Jurisprudence et règlement européen définissant le médicament  
L’Afssaps et les substances illicites  
Communication sur Internet des entreprises pharmaceutiques  
Drames  
Médecin, responsabilité contractuelle et soins conformes aux données acquises de la science  
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire  
Adaptation au droit communautaire dans le domaine du médicament  
Soumission chimique  
Grand froid et produits de santé  
Médecin esthéticien, plaquette publicitaire d’un produit et obligation d’information  
 

Autres brèves de cette rubrique
 
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire
Le dépistage obligatoire et gratuit de la surdité neonatale a été voté par l’Assemblée nationale
L’affaire Tarpin met en difficulté l’institution ordinale
L’affaire Smet-Delajoux : défaut d’information ?
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction
HPST : le recul de Roselyne Bachelot
Les ordres désapprouvent les procédures de coopération entre professionnels de santé
Forfait hospitalier : 18 euros depuis le 1er janvier 2010
Certificats de complaisance : un médecin bordelais mis en examen
La chirurgie plastique face aux poursuites pénales

 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2017 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5