| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Décision du Conseil d’Etat
Prévention, aptitude et médecine du travail
Le médecin du travail n’est pas un gendarme
mardi 30 janvier 2007 -  Bertrand Hue

Même si, en fin d’examen, le médecin du travail signe un certificat d’aptitude, cela ne fait pas de lui l’exécuteur de directives patronales permettant une sélection des employés. C’est ce qu’a rappelé le Conseil d’Etat dans une décision du 7 juin 2006. Le praticien a un rôle de prévention. Paradoxalement, bien que paraphant le certificat, il n’est pas un médecin d’aptitude.

Plusieurs syndicats, dont un syndicat de médecins du travail, ont déposé une requête auprès du Conseil d’Etat concernant le conflit qui les opposait à une grande entreprise de transport public pour excès de pouvoir. [...]

Lire la suite de l’article "Prévention, aptitude et médecine du travail"

Le droit du travail vous intéresse ?
Pourquoi ne pas lire :
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
et
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article

  • Prévention, aptitude et médecine du travail
    25 novembre 2009, par Maxime H

    Il n’est pas étonnant que tant de postes soient vacants (pour preuve toutes ces offres d’emploi de médecins de travail en France : http://www.staffsante.fr/offres/emploi/medecin-travail ) si le statut de ces professionnels n’est pas mieux reconnu.

    Les centre de santé au travail sont dès lors obligés de se battre pour obtenir des candidatures !

  • Prévention, aptitude et médecine du travail
    7 février 2008, par Julie
    Le RH de mon futur employeur me demande de fournir un certificat médical. Mais n’est ce pas l’entreprise qui organise la visite médicale ?
  • > Prévention, aptitude et médecine du travail
    24 avril 2007, par Nina
    Que penser de l’arrêt rendu par le CE en date du 9 octobre 2002 FNATH, Syndicat national des médecins du travail et autres (relatif à l’article R231-56-11 du code du travail) ?
    • > Prévention, aptitude et médecine du travail
      22 mai 2007, par Bertrand Hue

      Cette décision (n° 231869) réaffirme le rôle que le médecin du travail a à jouer dans la prévention et le suivi des salariés exposés à des agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction.

      "[...] Considérant que le code du travail édicte les mesures générales nécessaires qui s’imposent à l’employeur pour assurer la sécurité et protéger la santé des salariés ; qu’en complément de ces dispositions, l’article R. 231-56-11 du code du travail prévoit, dans sa rédaction issue du décret attaqué, qu’un travailleur ne peut être affecté à des travaux l’exposant à un agent cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction que si le médecin du travail atteste qu’il ne présente pas de contre-indication médicale à ces travaux ; que ces dispositions visent seulement à confier au médecin du travail le soin de déceler les risques particuliers à certains salariés et, par suite, d’éviter que les personnes les plus vulnérables soient exposées à des agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction ; qu’en aucun cas, elles n’impliquent que le médecin du travail qui se borne à attester de l’absence de contre-indication médicale particulière pour un salarié garantisse à ce dernier l’absence de tout risque ou de toute dangerosité de l’exposition aux agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction ; qu’elles n’ont pas davantage pour effet de transférer au médecin du travail la responsabilité qui incombe à l’employeur en matière de protection de la santé des travailleurs ; que, par suite, les dispositions attaquées ne mettent en cause ni la mission de prévention du médecin du travail, ni, en tout état de cause, son obligation de respect des règles déontologiques ; que les moyens tirés de la violation de l’article L. 241-2 précité du code du travail et des principes déontologiques fondamentaux doivent, dès lors, être écartés ;

      Considérant, enfin, que les médecins du travail disposent de plusieurs éléments d’ordre génétique, comportemental ou historique pour apprécier les risques particuliers que courent individuellement les salariés à être exposés à des agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction ; qu’ainsi, et contrairement à ce que soutiennent les requérants, le décret attaqué n’est pas entaché d’erreur manifeste d’appréciation en ce qu’il confie à ces médecins le soin de déceler les risques particuliers que peuvent présenter certains salariés [...]"


Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Ce que change la définition du conjoint collaborateur
La saga de l’assurance Responsabilité civile professionnelle
Affichage légal dans la salle d’attente du médecin
Droit du travail - Actualité du jour
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?


THÈMES ABORDÉS

Droit du travail
Le contrat première embauche : la folie
Incapacité, invalidité et handicap
La résiliation unilatérale d’un contrat d’exercice libéral
Législation et verres correcteurs (2/2)
Justice et responsabilité des médecins du travail  
Jurisprudence et protection de la victime d’un accident du travail  
Liens maladie-travail  
Accident du travail et reclassement  
Convention collective du personnel des cabinets médicaux  
Médecin collaborateur salarié : un retard justifié  
Travail, santé et discrimination  
Suivi médical des mannequins jeunes et moins jeunes  
Protection des logiciels & des contenus médias  
VIH et accident du travail  

Entreprise
Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
Le dossier médical face à la gestion des risques juridiques et financiers
Diplômes de la communauté européenne
La Sham publie la sinistralité 2005 de ses assurés
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
Afficher les tarifs : une obligation commune à tous les professionnels de santé
Le dossier médical de Google
Conditions générales d’utilisation de nos forums relatifs aux annonces d’emploi ou de stage sur notre site
Traitez... vos déchets !
Responsabilité civile 2006 : de nouvelles difficultés à prévoir ?
Exonération fiscale des jours de garde  
Annuaire-Pro condamné  
Toutes les jurisprudences en droit médical  
Cadre juridique du métier de pharmacien  
Reclassement, employeur et médecin du travail  
Licenciement et fécondation in vitro  
Rechute d’un accident du travail chez un employeur différent  
Visite de reprise, employeur et médecin du travail  
Assurance vieillesse du conjoint collaborateur  
Vente des parts d’une SCP  

Jurisprudence
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Les infections nosocomiales (1/2)
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Grandes manœuvres par motifs implicites
Confusion dans la composition du Conseil national de l’ordre des médecins
Les infections nosocomiales (2/2)
Etat du droit et optométrie en 2006
Cologne, la circoncision et le Sida
Les fondements de la responsabilité médicale
Suicide et accident du travail  
Responsabilité de l’interne  
Congés payés et accident du travail  
Bulletin d’information de la cour de cassation  
Responsabilité civile et établissement psychiatrique  
Médecin européen et titre d’ancien chef de clinique-assistant  
Responsabilté pénale et anesthésie  
Retraite, accident du travail et maladie professionnelle  
Ménagez vos chèvres  
Refuser une aide-ménagère à sa mère  

Législation
L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire
Votre logiciel de prescription respecte t-il la Loi ?
Ecole et certificats médicaux
2007 : enfin la transparence de l’assurance responsabilité civile professionnelle médicale ?
Le certificat d’aptitude à la vie scolaire n’a pas de fondement légal
Traçabilité des lentilles de contact et de leurs solutions d’entretien
Médecine et justice aux Etats-Unis
Articles de loi concernant les dons d’organes en 2007
Ostéopathie, qui peut faire quoi ?
Renouvellement de la prescription de lunettes par l’opticien
Etre malade et assuré  
La hiérarchie des normes en droit français  
Députés et sénateurs aiment le tabac, pas la santé  
Franchise médicale  
Liberté d’expression et Sécurité sociale  
Assurance et médecin salarié  
Fichiers, traitement de données et recherche médicale  
Hébergement du dossier médical  
Nouveau guide-barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées  
Groupe de travail national « amiante et fibres »  


SUR LE WEB


La proposition de reclassement, préalable incontournable au licenciement économique
L'employeur ne peut utiliser en justice des mails provenant de la messagerie personnelle du salarié
Evolution juridique de la recherche de reclassement en cas d #8217;inaptitude (3/3) : Un ordre professionnel ne constitue pas un groupe de reclassement
Appréciation du consentement des époux lors d #8217;une suspicion de mariage putatif
L #8217;appréciation de l #8217;état de besoin d #8217;un parent qui a précédemment fait donation d #8217;un bien immobilier à son enfant
Victime de harcèlement : réagir pour ne plus subir
Des emails issus de la messagerie privée du salarié sont-ils protégés par le secret des correspondances ?
L'injuste délai de carence de la Convention d'assurance chômage 2014



Bertrand Hue
DESS de droit médical

Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Ecole et certificats médicaux
Chauffards de la responsabilité civile professionnelle médicale ?
Faut-il garder un œil sur ses dossiers ?
Législation et verres correcteurs (1/2)
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2016 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5