| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Bioéthique
Les implications de l’affaire Perruche
Euthanasie et clonage humain
samedi 29 juillet 2006 -  Anne-Claire Muller

Le prix Nobel James Watson [1] a écrit : « les sciences biotechnologiques nous attribuent des pouvoirs aujourd’hui que l’on considérait autrefois comme divins ».

Ces propos qui peuvent paraître exagérés semblent pourtant parfaitement fondés lorsque l’on se réfère à l’actualité récente. En effet, l’annonce par la secte raëlienne de la naissance du premier bébé cloné a fait la une des journaux. La polémique autour de la question du clonage humain reproductif a alors repris de plus belle, entraînant des débats passionnés qui ont réuni autant les politiques, les scientifiques, les médecins que les philosophes, en soulevant le délicat problème de la place de l’éthique dans la pratique médicale et la recherche scientifique.

La question des limites de la frontière éthique est de plus en plus souvent posée ces dernières années avec les progrès enregistrés par la science médicale, notamment dans le domaine des biotechnologies. Pour pouvoir mesurer la gravité du franchissement de la barrière éthique dans l’activité médicale, il convient tout d’abord d’expliquer ce que l’on entend par la notion d’ « éthique ».

L’éthique signifie dans la Grèce antique une sagesse de l’action, elle régule les actes et donne des repères pour les choix à opérer parmi les moyens qui sont à la disposition du médecin. Hippocrate (400 ans avant J.C.) définit la bioéthique comme le respect des patients, énonçant le principe de la manière suivante : primum non nocere.

La notion d’éthique est inhérente à la pratique médicale : elle permet d’orienter savoir et savoir-faire en direction d’un but, d’une finalité, d’un bien. Il y a en réalité différents principes qui guident l’action médicale. Il y a d’une part les biens de l’individu, comme sa santé, son bonheur,…et d’autre part les biens de la collectivité et des générations futures. Parmi les grands principes qui régissent l’activité médicale (comme la bienfaisance, le respect des choix de la personne, la justice, le respect de la vie humaine et de la dignité humaine, etc.), un certain nombre d’entre eux entrent en conflit les uns avec les autres : le principe de bienfaisance avec celui du respect de la vie lors de pratiques comme l’euthanasie ou l’interruption médicale de grossesse, ou encore le principe de justice confronté à celui du progrès de la science avec les expérimentations sur les malades mentaux, sur l’embryon ou à l’occasion d’essais vaccinaux en Afrique. Dans le modèle français traditionnel, la priorité du principe de bienfaisance est la règle.

La finalité de la médecine est la guérison face à la souffrance, à la vulnérabilité et à la dépendance. Le médecin soutient et protège le malade et prend les décisions seul. Le paternalisme est alors la règle, le médecin se passe du consentement du patient pour ne pas l’accabler. Cependant, une évolution apparaît, et de plus en plus, ce consentement est nécessaire. Le modèle anglo-américain se singularise par l’importance accordée au respect de l’autonomie du patient : le patient est informé et son consentement est exigé. Le malade et le médecin sont des égaux dans une relation contractuelle de prestations de services - la médecine est alors appréhendée comme un bien quelconque où le prix est fixé en fonction de l’offre et de la demande.

Une évolution à l’anglo-saxonne

L’évolution de la médecine a entraîné, de fait, de nouvelles attentes des patients à l’égard des médecins et l’attitude française est de plus en plus calquée sur le modèle anglo-saxon, même si certaines différences subsistent, comme le fait que le patient français ne soit pas propriétaire de son corps ou encore que ce qui autorise l’intervention sur le corps du malade est d’abord la loi. On assiste cependant à une augmentation de l’utilitarisme et du consumérisme : les malades et les patients considèrent de plus en plus la médecine et la santé comme un bien de consommation comme les autres, pour lequel ils payent le prix et attendent en retour un résultat. Ce glissement progressif vers une exigence de résultat soulève des questions et pose certains problèmes que nous évoquerons plus loin dans notre travail.

Michel Hasselmann [2] rappelle que l’éthique n’est pas un ensemble de règles institutionnelles (comme le droit) ni une science ou une technique, elle est bien plutôt un savoir, un travail de la raison humaine pour penser les valeurs. Depuis toujours, la médecine est essentiellement, dans son essence même, une démarche éthique : son action porte sur autrui, et sa finalité est de redonner la santé et le bien-être. Le problème actuel avec les progrès immenses de la science dans la bioéthique est que l’homme peut agir sur son humanité physique, psychique et psychologique et peut transformer le monde de sa descendance. Cela entraîne un conflit de valeurs contradictoires.

Vouloir définir l’évolution du sens du terme éthique à travers l’histoire serait fastidieux, notamment en raison du trop grand nombre de théoriciens et philosophes qui se sont penchés sur la question. Cependant, il peut être utile de se remémorer la réflexion actuelle en matière d’éthique afin de mieux comprendre les enjeux du sujet qui nous intéresse. Ainsi, Hans Jonas considère que l’homme doit agir de telle sorte que « l’humanité soit, que les effets de son action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur la terre aussi longtemps que possible ». Il y a une responsabilité au sens d’une mission à l’égard du plus fragile et du plus menacé dans le futur.

L’éthique : une notion ancienne plus que jamais d’actualité

D’autres, comme John Williams [3] accordent une place fondamentale au contexte dans lequel l’homme évolue. L’individu (et donc le médecin) reçoit de la société dans laquelle il vit les questions et les réponses éthiques. Cependant, seule une référence à l’universel permet de mettre à jour des rapports de pouvoir sous-jacents à des pratiques. On trouve enfin la doctrine utilitariste. La doctrine utilitariste du XIXe siècle, incarnée notamment par John Bentham et John-Stuart Mill, considère qu’une action est moralement bonne si elle conduit au plus grand bonheur le plus grand nombre de personnes. Est moral ce qui est utile. Cette affirmation peut paraître choquante, c’est pourtant ce principe qui guide un certain nombre de politiques de santé publique menées actuellement. Cette approche a des points positifs évidents que sont principalement son pragmatisme et sa rationalité. Ses points négatifs sont cependant au moins tout aussi évidents : cela suppose en effet d’évaluer la notion de qualité de vie (et donc de discuter de l’opportunité de conserver celles qui ne sont pas utiles), cela suppose également que ce qui est utile à un individu l’est pour tout autre et pour la société, et surtout, cela implique la réduction des actes humains à un calcul coût-avantages/inconvénients. Il est clair qu’aujourd’hui l’utilitarisme est à prendre en compte et occupe une place importante dans la réflexion qui préside aux politiques de santé : il y a une nécessaire maîtrise des dépenses de santé publique. Cependant, il faudrait pouvoir éviter que les patients ou malades menacés dans leur vie n’entrent dans un marché où la santé serait un produit comme les autres, qu’ils seraient libres d’acheter ou non. En outre, l’évaluation des coûts expose à l’injustice : à partir de quand décider qu’un traitement ne vaut pas la peine d’être poursuivi ? Cela suppose en effet l’attribution d’un prix à la vie humaine. Il y a donc une antinomie profonde entre l’utilitarisme et l’idéal de justice, le premier semblant être véritablement incompatible avec les droits de l’homme.

Il convient de réaliser que les liens entre l’éthique et le droit sont extrêmement étroits et interactifs.

Ainsi, c’est après la Seconde Guerre Mondiale et la découverte des expériences réalisées par les médecins nazis dans les camps d’extermination ou par des biologistes japonais dans les camps de prisonniers qu’une conscience critique s’éveille : la science n’est alors plus nécessairement liée à l’idée de progrès. L’idée de soumettre l’activité médicale et plus généralement scientifique à un contrôle extérieur apparaît comme une nécessité. Le droit de la bioéthique naît ainsi avec le jugement du Tribunal de Nuremberg des 19 et 20 août 1947. Il faut cependant attendre les années 1960 pour que des organismes de régulation soient mis en place (comme les premiers comités éthiques aux Etats-Unis) [4], et quarante ans pour que la première loi bioéthique soit adoptée en France [5] .

Les lois de bioéthique

C’est en 1994 qu’est élaboré en France un corpus de règles juridiques avec les lois dites « bioéthiques » du 1er et 29 juillet 1994 [6]. Cette irruption du droit dans le champ de la bioéthique est une véritable rupture par rapport à la situation antérieure : ces règles mises en place par le législateur s’imposent au monde médical dans son ensemble. En outre, la source du législateur n’est pas l’éthique médicale mais bien plus la philosophie des droits de l’homme, dont les grands principes ont été consacrés par le droit international et constitutionnel des pays démocratiques, après la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi, des principes comme la sauvegarde de la dignité de la personne humaine, principe essentiel du droit bioéthique, figurent dans le Préambule de la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par les Nations Unies en 1948 et dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques signé en 1966. Ce principe de dignité de la personne humaine, qui figure également dans notre Code civil, est d’ailleurs l’un des enjeux essentiels de l’arrêt « Perruche », rendu par la Cour de cassation en assemblée pleinière le 17 novembre 2000. Au delà de cet aspect, l’arrêt en cause est un exemple tout à fait frappant de la combinaison ou confrontation de questions éthiques, de droit et de pratiques médicales et des conflits d’intérêts auxquels peuvent avoir à faire face les médecins et les juristes.

"L'affaire Perruche"

 

 

[1] James Dewey Watson est le scientifique qui a découvert la structure en double hélice de l’ADN en 1951.

[2] Michel Hasselmann est professeur à la faculté de médecine de Strasbourg et responsable du DIU d’éthique médicale.

[3] Professeur John R. Williams, unité d’éthique de l’Association médicale mondiale.

[4] C’est un américain, V. R. Potter, qui est à l’origine du terme de « bioéthique » qui provient de bios (vie) et ethos (éthique) pour désigner l’étude de la moralité des conduites humaines dans le domaine des sciences de la vie.

[5] Loi du 20 décembre 1988 sur l’expérimentation humaine.

[6] Loi 94-653 du 29 juillet 1994 relative au respect du corps humain et loi 94-654 du 29 juillet 1994 relative au don et à l’utilisation des éléments et produits du corps humain, à l’assistance médicale à la procréation et au diagnostic prénatal.


Documents liés
  "L’affaire Perruche" : Pour en savoir plus, téléchargez le mémoire d’Anne-Claire Muller
Word - 349.5 ko, 0 x 0 pixels
 


Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article


Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

La chirurgie esthétique : une chirurgie pour tous ?
Des médicaments à usage pédiatrique...
Le dossier médical de Google
Médecin collaborateur salarié ou libéral ?
Docteur, je vous donne mon cœur !
Ostéopathie, qui peut faire quoi ?
L’Interne face au dossier médical
Traçabilité des lentilles de contact et de leurs solutions d’entretien
Afficher les tarifs : une obligation commune à tous les professionnels de santé
Bon de transport : mode d’emploi


THÈMES ABORDÉS

Déontologie
Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
Le secret médical n’est plus...
Un médecin libéral peut-il refuser de voir un patient ?
Du serment d’Hippocrate au serment médical
Toute l’actualité en droit médical sous l’angle bioéthique
Code de déontologie médicale  
2010 année généreuse  
Honoraires, tact et mesure  
Premier vote pour le Conseil de l’ordre infirmier  
Conférence inaugurale du DEA éthique médicale et biologie - 12 janvier 2004  
Soins aux patients mineurs  
Les avocats, les médecins et la publicité sur Internet  
Dépassements d’honoraires : piqûre de rappel du Ministère de la santé  
Dérogations au secret professionnel  
L’affaire Tarpin met en difficulté l’institution ordinale  

Jurisprudence
Les infections nosocomiales (2/2)
Grandes manœuvres par motifs implicites
Etat du droit et optométrie en 2006
Les publications médicales dans les prétoires
Des produits de santé défectueux...
Les fondements de la responsabilité médicale
Cologne, la circoncision et le Sida
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Responsabilité médicale - Les arrêts de la Cour de cassation  
Cadre infirmier et caisson hyperbare  
Toutes les jurisprudences en droit médical  
Comparution devant la commission de recours amiable de la Sécurité sociale  
Médecin européen et titre d’ancien chef de clinique-assistant  
Responsabilité du médecin psychiatre en établissement  
Responsabilité civile et établissement psychiatrique  
Sang contaminé et réparation du dommage  
Honoraires d’expertise en psychiatrie  
Responsabilité civile du préposé  

Médecine
Les sinistres médicaux déclarés semblent moins nombreux que prévu
Législation et verres correcteurs (2/2)
Médecine & droit n°85
La violence en médecine
Le travail aidé : complémentarité ophtalmologie - orthoptie
Droit médical - Les sites Internet francophones
Médecine, Europe et amnistie
Le piège des bonnes pratiques médicales
Rédaction
Faut-il garder un œil sur ses dossiers ?
L’illégalité de la circulaire du 2 février 2005 relative à la laïcité dans les établissements de santé  
Droit et téléradiologie  
Répartition des médecins libéraux  
Examen périodique de santé  
Les médecins notés par les patients  
Vers de nouveaux tests en cancérologie  
Combien de temps faut-il conserver les documents santé ?  
Ethique, religion, droit et procréation. Paris. Mardi 8 mars 2005  
Médecin, responsabilité contractuelle et soins conformes aux données acquises de la science  
Grand froid et produits de santé  


SUR LE WEB


Le consentement à l'acte médical en droit comparé
Les décisions médicales de fin de vie : comparaison France, Canada, Pays-Bas
La personne de confiance à Cochin Saint-Vincent-de-Paul
La personne de confiance en éthique clinique
La personne de confiance en médecine de ville
La personne de confiance dans les hôpitaux publics
Introduction de la notion de personne de confiance dans la loi
Dossier médical personnel et droits des personnes



Anne-Claire Muller
Juriste

Les implications de l’affaire Perruche
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2014 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5