| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Notion de faute
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Arrêt du 5 juillet 2005 de la Cour de cassation
Première publication : 1er janvier 1970, mise en ligne: vendredi 26 mai 2006 -  Céline Lugagne Delpon

La réparation d’un aléa thérapeutique n’entre pas dans le champ des obligations auxquelles le médecin et l’établissement de santé sont contractuellement tenus à l’égard du patient.
Le défaut de surveillance médicale, en cas d’injection d’antibiotique, ne constitue pas une faute du médecin ayant prescrit l’antibiotique : la surveillance médicale n’est pas obligatoire.

ide.jpgAprès avoir subi une intervention chirurgicale sur les fosses nasales, une patiente a été victime d’un choc anaphylactique consécutif à l’injection par une infirmière, sans surveillance médicale, d’un antibiotique prescrit par un chirurgien. En dépit du traitement entrepris par le médecin anesthésiste d’astreinte, à son domicile, appelé par l’équipe paramédicale, la patiente est décédée le 29 mai 1996. Les consorts de la défunte ont recherché la responsabilité de la clinique et du médecin anesthésiste d’astreinte qui ont appelé en garantie le chirurgien.
La 1re chambre civile de la Cour de cassation, le 5 juillet 2005, a considéré qu’avec seulement 0,02 % de probabilité, le choc anaphylactique constitue un aléa thérapeutique. Elle rappelle ainsi que la réparation d’un aléa thérapeutique n’entre pas dans le champ des obligations auxquelles le médecin et l’établissement de santé sont contractuellement tenus à l’égard du patient.
La Cour de cassation observe également que l’existence d’une perte de chance d’éviter l’issue fatale consécutive aux manquements du médecin demeurait hypothétique.

L’aléa thérapeutique

L’aléa thérapeutique est défini comme la réalisation, en dehors de toute faute du praticien, d’un risque accidentel inhérent à l’acte médical et qui ne pouvait être maîtrisé [1].

La Cour de cassation, qui relève l’aléa thérapeutique, considère donc que le choc anaphylactique s’est réalisé en dehors de toute faute du chirurgien.
Dans son dispositif, la Cour de cassation ne relève pas le manquement lié à l’absence de surveillance médicale.
En tenant compte de cet arrêt, on peut considérer qu’il n’y a pas de lien de causalité entre le défaut de surveillance et la perte de chance de survie.

Pour rechercher la responsabilité civile d’un individu, il faut pouvoir démontrer la faute de celui-ci, le préjudice subi et le lien de causalité entre la faute et le préjudice.
La Cour de cassation a déjà démontré qu’il y avait absence de faute mais elle souhaite également prouver qu’il n’y a pas de lien de causalité entre les manquements invoqués et le préjudice subi par la victime. Elle considère en effet que « l’existence d’une perte de chance consécutive aux manquements invoqués demeurait hypothétique ».
A la question : « Si le médecin avait prescrit correctement l’antibiotique, la patiente serait-elle vivante ? », personne ne peut répondre. Le lien de causalité est donc bien hypothétique.
Mais si l’on ne parle plus du préjudice de la mort mais bien du préjudice que constitue la perte d’une chance de se rétablir, alors il y a bien un lien de causalité direct ; c’est bien parce que le médecin a commis une négligence que la patiente a perdu une chance de rester en vie !

La loi du 4 mars 2002 n’est applicable que pour les accidents survenus à compter du 5 septembre 2001 et ne concerne donc pas la patiente victime d’un choc anaphylactique le 20 mai 1996.

Le législateur prévoit [2] que lorsque la responsabilité du praticien ou de l’établissement de santé ne peut être recherchée, la Sécurité sociale prend en charge les conséquences d’une affection iatrogène si celles-ci présentent une certaine gravité.
Les consorts de la patiente auraient ainsi pu se retourner vers la Sécurité sociale pour demander réparation.

Absence de faute

En définitive, la Cour de cassation considère que l’existence d’une perte de chance consécutive aux manquements invoqués demeure hypothétique.
L’injection d’antibiotique sans surveillance médicale n’est pas fautive pour le médecin ayant prescrit l’antibiotique. Il y a absence de faute du médecin qui ne peut voir sa responsabilité engagée.

Céline Lugagne Delpon
Avocat à la Cour

 

 

[1] Cour d’appel de Paris, 4 mars 2005

[2] Article L 1142-1 II du Code de la santé publique




Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article

  • > La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
    29 mai 2006, par doctorinlaw

    Est-ce très objectif de dire que "Mais si l’on ne parle plus du préjudice de la mort mais bien du préjudice que constitue la perte d’une chance de se rétablir, alors il y a bien un lien de causalité direct ; c’est bien parce que le médecin a commis une négligence que la patiente a perdu une chance de rester en vie !" ?

    Sur quelle jurisprudence vous basez pour affirmer cela ?

    Et n’est-ce pas plutôt l’ONIAM que la Sécurité sociale qui est chargée de prendre en charge les indemnisations liées aux affections iatrogènes dans certaines conditions ?

    • > La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
      11 août 2006
      Effectivement c’est l’ONIAM qui répare. Mais son financement est assuré par l’assurance maladie. Le législateur (article L 1142-1 II) en appelant à la "solidarité nationale".

Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Du serment d’Hippocrate au serment médical
Un praticien lavé de l’accusation d’homicide
Cologne, la circoncision et le Sida
La déclaration de choix du médecin traitant
Unions : des dispositions législatives insuffisantes
A propos du médecin collaborateur libéral
Les médecins généralistes victimes du virus H1N1
Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Le contrat première embauche : la folie
La résiliation unilatérale d’un contrat d’exercice libéral


THÈMES ABORDÉS

Aléa thérapeutique
Commissions régionales de conciliation et d’indemnisation : un succès
Chirurgie et patient allergique au latex  
Rapport sur l’assurance en responsabilité civile professionnelle médicale  
Risque exceptionnel et responsabilité sans faute  

Jurisprudence
Grandes manœuvres par motifs implicites
Les publications médicales dans les prétoires
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
Prévention, aptitude et médecine du travail
Les infections nosocomiales (1/2)
Etat du droit et optométrie en 2006
Les implications de l’affaire Perruche
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Les fondements de la responsabilité médicale
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Responsabilté pénale et anesthésie  
Transport sanitaire et prescription médicale  
Précisions sur les suites d’une indemnisation des salariés victimes d’une maladie professionnelle liée à l’amiante  
Ménagez vos chèvres  
Doute, hépatite C et jurisprudence  
Justice, secret médical et expertise  
La médecine n’est pas le monopole des médecins  
Jurisprudence et protection de la victime d’un accident du travail  
Désaccord avec le médecin du travail  
Transfusions et virus de l’hépatite C  

Médecine
Médecine, Europe et amnistie
Les sinistres médicaux déclarés semblent moins nombreux que prévu
Législation et verres correcteurs (1/2)
Le travail aidé : complémentarité ophtalmologie - orthoptie
Afficher les tarifs : une obligation commune à tous les professionnels de santé
La saga de l’assurance Responsabilité civile professionnelle
Ostéopathie, qui peut faire quoi ?
Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
Médecin collaborateur libéral : du pour et du contre...
Ecole et certificats médicaux
Le bilan de 10 ans de matériovigilance  
Les médecins notés par les patients  
L’hormone de croissance devant la justice  
Donner son sang : toute une histoire...  
Qu’est ce-que le droit médical ?  
Prévention routière des médecins  
2010 année généreuse  
Les droits des conjoints collaborateurs  
Les critères médicaux d’admission en affection de longue durée remis en question  
L’illégalité de la circulaire du 2 février 2005 relative à la laïcité dans les établissements de santé  


SUR LE WEB


Bonnes fêtes de fin d'année 2017
Arrêté du 21 décembre 2017 : augmentation du forfait journalier en MCO et en psychiatrie
Projet de loi autorisant la ratification du protocole n°16 à la convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales
Projet de loi relatif à la protection des données personnelles
Proposition de loi permettant une bonne application du régime d'asile européen
Proposition de loi créant un dispositif de don de jours de repos non pris au bénéfice des proches aidants de personnes en perte d'autonomie ou présentant un handicap
Proposition de loi relative à l'exercice des compétences des collectivités territoriales dans le domaine de la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations
Projet de loi pour un État au service d'une société de confiance



Céline Lugagne Delpon
Avocat à la Cour

La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5