| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 

Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Infection nosocomiale contractée avant la loi du 4 mars 2002
Première publication : 1er janvier 1970, mise en ligne: jeudi 15 septembre 2005 -  Jérôme Monet

L’arrêt de la première chambre civile de la Cour de cassation rendu le 21 juin 2005 dont l’attendu de principe est reproduit ci-dessous nous démontre une fois de plus que le courant en faveur d’une indemnisation automatique d’une victime d’une infection nosocomiale s’applique sans la loi du 4 mars 2002.

Attendu qu’après avoir été opéré d’une hernie discale, M. X a présenté une spondylodiscite infectieuse et recherché la responsabilité de M. Z, neurochirurgien, et de la clinique Y ;
[…]
Sur le troisième moyen :
Vu l’article 1147 [1] du Code civil
Attendu que pour mettre hors de cause M. Z, condamner la clinique et son assureur à indemniser M. X des conséquences dommageables de cette infection et les débouter de leur appel en garantie à l’encontre de M. Z, la cour d’appel relève qu’aucune faute ne pouvait être retenue à l’encontre du praticien qui avait rempli ses obligations professionnelles , y compris celle de veiller à l’asepsie en fonction de l’état antérieur du patient, que la clinique, tenue à une obligation de sécurité de résultat, n’était pas en mesure d’apporter la preuve de l’existence d’une cause étrangère de nature à l’exonérer de sa responsabilité et qu’elle ne pouvait, sans prouver une faute d’asepsie imputable au médecin, être déchargée de son obligation de sécurité à l’égard du patient ;
Attendu, cependant, l’article L1142-1 du Code de la santé publique n’étant pas applicable en la cause, que la clinique et M. Z en étaient, l’un et l’autre, tenus à l’égard de M. X d’une obligation de sécurité résultat dont ils n’étaient pas en mesure de se libérer par la preuve d’une cause étrangère, de sorte qu’ils devaient contribuer par parts égales à la répartition des conséquences dommageables de l’infection ; qu’en se déterminant ainsi, la cour d’appel a donc violé le texte susvisé ;
Par ces motifs, CASSE ET ANNULE…

Nous ne reviendrons pas sur l’étendue de cet arrêt de cassation, puisqu’il est dans la continuité de l’arrêt du « staphylocoque doré » (1civ. 29/06/1999).

L’article L1142-1-I du Code de santé publique n’est pas applicable en l’espèce, puisque le fait générateur du dommage remonte au 23 juin 1998.

Nous tombons donc sous le joug de la jurisprudence, fondée sur l’article 1147 du Code civil, qui fait peser une obligation de sécurité de résultat sur le praticien et non plus seulement sur l’établissement de santé privé, pour les infections nosocomiales consécutives à un acte médical réalisé dans un établissement de santé.

Notre propos se dirigera alors sur les conséquences financières que peut entraîner ce genre de décision pour un praticien exerçant son activité libérale avant la loi du 4 mars 2002.

Le jugement de Salomon

Dans le cas où les deux parties en présence sont toutes deux présumées responsables de l’infection nosocomiale, il y a lieu de partager les responsabilités à parts égales entre la clinique et le praticien, sans recherche d’une quelconque faute. Cependant, seule la véritable « mère » de cette infection sera amenée à en supporter la charge finale.

Si l’action de la victime est fondée sur une responsabilité sans faute de la clinique et du praticien, il n’en est peut-être pas de même dans les relations entre le praticien et la clinique.

L’obligation à la dette : une victime à indemniser

A la lecture de la présente décision, il semble que le praticien ne soit, en l’espèce, pas assuré. Seule la loi du 4 mars 2002 impose une obligation légale d’assurance pour tout professionnel de santé. De ce fait, le praticien non assuré assumera sa condamnation pécuniaire en propre.

En l’espèce, la Cour d’appel ayant certainement compris l’enjeu d’une telle condamnation civile avait préféré faire porter la charge du sinistre sur l’établissement de santé, assuré quant à lui.

salomon.jpg

En revanche, la Cour de cassation, en vertu des principes jurisprudentiels établis depuis l’arrêt du staphylocoque doré, partage à part égales la répartition des dommages subis par la victime.

Désormais, cette décision pourrait être admise en vertu de l’obligation d’assurance mise en place par la loi du 4 mars 2002. Mais en l’espèce, aucune obligation d’assurance n’était mise en place. Dès lors, il devient difficile d’admettre que l’on puisse faire porter la charge d’une telle condamnation, en partie, sur les épaules d’un praticien libéral.

Cette décision devrait donc inciter tout praticien libéral à provisionner des fonds suffisamment importants pour « garantir » une éventuelle mise en cause ? Serait-il admis qu’un chirurgien diligent soit un chirurgien qui soit devenu son propre assureur ?

Cette jurisprudence revient à faire porter les conséquences d’une absence d’obligation d’assurance sur des personnes physiques qui ont exercé dans les règles de l’art [2].

la contribution à la dette : l’action du praticien à l’encontre de la clinique

En revanche, nous constatons qu’un établissement de santé privé qui conclut un contrat d’exercice libéral avec un praticien libéral s’engage, en contrepartie du paiement d’une redevance, à fournir à son cocontractant un bloc opératoire aseptisé avec des instruments parfaitement stérilisés.

Reste alors au chirurgien à invoquer ce moyen devant la Cour d’appel de renvoi.

L’établissement de santé est débiteur d’une obligation contractuelle d’asepsie. Est-ce que cette obligation revêt le caractère d’une obligation de résultat, ou bien de moyens ?

La clinique doit-elle mettre en œuvre tous les moyens en son pouvoir pour empêcher les infections nosocomiales, ou bien doit-elle impérativement assurer l’asepsie totale de son bloc opératoire ?

Tout dépend de l’interprétation qui peut être faite du contrat d’exercice libéral conclu entre le praticien et l’établissement de santé privé.

Les conséquences désastreuses de l’infection nosocomiale survenue avant l’application de la loi du 4 mars 2002.

Eût égard au manque de protection des parties confrontées à une infection nosocomiale avant l’application de la loi du 4 mars 2002, qu’elles soient victimes, praticiens ou établissement de santé privé, cette loi a beaucoup apporté. Certes, si elle est essentiellement tournée vers l’indemnisation des victimes, elle protège tout autant les professionnels de santé :

- Mise ne place de la solidarité nationale (CRCI/ONIAM) ; apparition d’une obligation légale d’assurance ; prescription décennale.

Nous rappellerons seulement que, pour tout acte médical pratiqué avant l’entrée en vigueur de la loi du 4 mars 2002, aucune obligation d’assurance n’est imposée, que seuls les acteurs responsables de plein droit de l’infection nosocomiale sont tenus à la dette et que l’action de la victime est prescrite au bout de trente ans.

 

 

[1] Article 1147 du Code civil : « le débiteur (d’une obligation contractuelle) est condamné, s’il y a lieu, au paiement de dommages et intérêts, soit à raison de l’inexécution de l’obligation, soit à raison du retard dans l’exécution, toutes les fois qu’il ne justifie pas que l’inexécution provient d’une cause étrangère qui peut lui être imputée, encore qu’il n’y ait aucune mauvaise fois de sa part ».

[2] Le rapport d’expertise écarte toute faute du chirurgien qui a normalement veillé à ce qui relevait de sa seule compétence, c’est à dire à l’organisation de mesures particulières pour tenir compte de l’état du patient.




Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article

  • > Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
    27 avril 2006, par Douchet

    Monsieur,
    J’ai été vivement intéressée par votre article référencé ci-dessus. Aussi je me permets de vous demander votre avis et vos conseils sur notre cas car je me retrouve dépourvue en matière de conseil juridique et pénal et je crains d’être rapidement convoquée par la juge ou la chambre aux fins de statuer.
    En effet mon Mari est décédé 15 jours après une hospitalisation pour examens :
    - Opéré sans aucun consentement,
    - Atteint d’un staphylocoque doré, 9 jours plus tard
    - Puis d’une péritonite due à une rupture interne post-opératoire non diagnostiquée malgré les signes flagrants,
    - Et refus de réintervenir afin de tenter d’éviter cet issus fatal.

    Je vous remercie de votre attention et reste à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire qu’il vous plairait de me demander et corroborant mes dires.
    E. DOUCHET _

    • > Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
      28 avril 2006, par MediaMed

      Bonjour Madame,

      Nous vous remercions de votre visite.

      Malheureusement l’objet de ce site n’est pas de dispenser des conseils personnalisés mais plutôt de rappeler les élément juridiques utilisables au cours du débat contradictoire et nous ne saurions répondre avec pertinence dans votre cas particulier, surtout après un exposé aussi succint. De plus le média Internet est particulièrement mal indiqué à cet usage.

      Nous ne saurions trop vous conseiller, dans ce cas, de consulter directement un juriste professionnel, qui seul pourra vous orienter convenablement compte-tenu des aspects spécifiques de votre problème actuel.

      Bien cordialement.

      • > Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
        12 mai 2006, par DOUCHET

        Monsieur,
        Je vous remercie très sincèrement de votre prompte réponse.

        Ainsi que vous me le conseillez, je me suis mise en quête d"un juriste professionnel, mais n’ai pu aboutir dans ce domaine.

        Aussi je vous serais particulièrement reconnaissante de bien vouloir m’indiquer des professionnels, notamment en pénal médical, susceptibles d’être compétents dans notre affaire.

        Par ailleurs, et ainsi que vous me l’indiquez, vous serait-il possible de me rappeler les éléments juridiques utilisables au cours d’un débat contradictoire et se rapportant à notre cas.

        Je vous remercie à l’avance de votre réponse et avec toute ma gratitude,

        Croyez, Monsieur, en toute ma considération.
        E. DOUCHET _

        • > Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
          14 février 2007, par Sophie NAVA

          Monsieur,

          j’ai moi meme été victime d’une erreur medicales dues a une infection nosocomiales. l’hopital concerné a été reconnu coupable de prejudices , un jugement a ete rendu demandant a l’hopital de verser a mes parents (j’etais mineure a l’epoque) et amoi meme une compensation financiere . Or l’hopital avait deux mois pour verser cet argent, ces deux mois sont bien depassé et tjs rien. On me porpose d’envoyer l’huissier or cela me couterait bien cher ai-je d’autres recours ? j’ai envoyé hier une lttre au mediateur de la republique de ma ville qu’en pensez vous ? _

          • > Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
            17 février 2007

            Mademoiselle,

            Si vous avez une décision de justice exécutoire, il faut envisager de prendre un huissier de justice pour parvenir à la faire exécuter. Vous ne pourrez le faire autrement.

            Un avocat qui a consulté ce site. _


Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Responsabilité pour faute d’un médecin psychiatre
Médecine, Europe et amnistie
Etat du droit et optométrie en 2006
Des médecins libéraux réquisitionnés dans l’Essonne
Responsabilité civile 2006 : de nouvelles difficultés à prévoir ?
La Sham publie la sinistralité 2005 de ses assurés
Le droit de prescription est-il à vendre ?
Des produits de santé défectueux...
Assurance responsabilité civile professionnelle médicale : l’initiative privée mise à mal
Soyez votre propre médecin traitant !


THÈMES ABORDÉS

Droit civil
Chauffards de la responsabilité civile professionnelle médicale ?
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Cologne, la circoncision et le Sida
Les médecins généralistes victimes du virus H1N1
De la bonne tenue du dossier médical  
e-DMP : aspects juridiques  
Ethique, religion, droit et procréation. Paris. Mardi 8 mars 2005  
Qu’est ce-que le droit médical ?  
L’affaire Smet-Delajoux : défaut d’information ?  
La médecine n’est pas le monopole des médecins  
Pas de dérogation au secret médical  
L’ordre règne à Lille  
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction  
Exposition à l’amiante  

Hôpital
L’Interne face au dossier médical
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
La chambre mortuaire : un service à part dans l’hôpital
Le dépôt des biens et des valeurs à l’hôpital et en clinique
La responsabilité pénale à l’hôpital- 6 avril 2005  
Forfait hospitalier : 18 euros depuis le 1er janvier 2010  
Responsabilité civile du préposé  
Responsabilité civile et établissement psychiatrique  
Astreinte médicale et établissement privé  
Nouvelle charte du patient hospitalisé  
Management et carrières publiques hospitalières : un nouveau master à Cergy-Pontoise  
Echantillons post-mortem : vers la transparence ?  
L’illégalité de la circulaire du 2 février 2005 relative à la laïcité dans les établissements de santé  
2010 année généreuse  

Infection nosocomiale
Commissions régionales de conciliation et d’indemnisation : un succès
Les infections nosocomiales (2/2)
L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire
Les infections nosocomiales (1/2)
Accidents médicaux, affections iatrogènes et infections nosocomiales  
Responsabilité du fait d’une infection nosocomiale  
Le droit médical appliqué à l‘ophtalmologie médicale et chirurgicale  
Obligation de résultat et infection nosocomiale  
Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical  

Jurisprudence
Le médecin face aux limites de l’obligation d’information
Confusion dans la composition du Conseil national de l’ordre des médecins
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Grandes manœuvres par motifs implicites
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
L’appréciation souveraine des juges du fond
Les implications de l’affaire Perruche
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Collecte d’adresses électroniques  
Les médecins notés par les patients  
Rechute d’un accident du travail chez un employeur différent  
Responsabilté pénale et anesthésie  
L’épilation réservée aux médecins  
Enchainer le patient  
Toutes les jurisprudences en droit médical  
Vente de dispositifs médicaux par Internet  
Responsabilité du médecin généraliste après avis d’un spécialiste  
Responsabilité médicale - Les arrêts de la Cour de cassation  

Santé publique
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Docteur, je vous donne mon cœur !
Le contrat première embauche : la folie
Bon de transport : mode d’emploi
Le dossier médical personnel
Ecole et certificats médicaux
Articles de loi concernant les dons d’organes en 2007
Législation et verres correcteurs (2/2)
Chercheurs en droit de la santé
La F3A recrute
Publicité sur le tabac et Convention européenne des droits de l’homme  
Mammographie numérique et dépistage  
La connaissance des Européens des projets de recherche biomédicale  
Nouveau rapport sur la lutte antitabac dans le monde  
Les fabricants d’antidépresseurs dépriment  
Loi de financement de la sécurité sociale pour 2009  
Communication sur Internet des entreprises pharmaceutiques  
3e colloque international des programmes locaux & régionaux de santé  
Conservation et protection des dossiers médicaux  
Cancer du col de l’utérus, vaccin et décès non imputables  


SUR LE WEB


Aménagement de la loi Littoral et projet de loi ELAN. Par Pierre Jean-Meire, Avocat.
Licenciement ou rupture conventionnelle : l'impact du délai de carence en cas de négociation. Par Claire-Hélène Berny, Avocat.
Et si la France devenait l'Eldorado des ICO ? Par Arnaud Touati et Louis Soris, Avocats.
RGPD et M&A : pourquoi il est dangereux de travailler sur des datarooms américaines ?
Nuisances sonores des débits de boissons : quelles stratégies en vue de prévenir et contester une fermeture administrative ? Par Pierre Reine, Avocat.
Recouvrement de créances au Grand-Duché de Luxembourg. Par Jean-Paul Noesen et Anne-Isabelle Cador, Avocat.
Nouvel "Elan" pour le recul du contentieux de l'urbanisme. Par Brigitte Charles-Neveu, Avocat.
Combien de signatures pour une personne intervenant à un acte en une double qualité ? Par Olivier Vibert, Avocat.



Jérôme Monet
Juriste DESS de droit médical

Chauffards de la responsabilité civile professionnelle médicale ?
Assurance responsabilité civile professionnelle médicale : l’initiative privée mise à mal
La résiliation unilatérale d’un contrat d’exercice libéral
Législation et verres correcteurs (1/2)
Responsabilité pour faute d’un médecin psychiatre
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5