Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 546

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 548

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 550

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 546

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 548

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 550

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 546

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 548

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/inc/filtres.php on line 550

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/public/debug.php on line 80

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home/medecine/www/droit-medical/ecrire/public/debug.php on line 80
Une question d’appréciation - DROIT MEDICAL - Revue
 

  | SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Décisions
Une question d’appréciation
Appréciation souveraine des faits ou erreur manifeste d’appréciation ?
Première publication : 1er janvier 1970, mise en ligne: lundi 11 juillet 2011 -  Jacques Vitenberg

Bien que l’organigramme ordinal distingue explicitement les formations administrative et disciplinaire, la sémantique particulière du droit administratif désigne l’instrumentum de leurs délibérations sous un même vocable : « décision ».

Des nuances apparaissent ensuite : la décision disciplinaire peut être l’objet d’un « appel », la décision administrative d’un « recours hiérarchique ». Mais le distinguo s’accentue si l’affaire est portée devant le conseil d’État. Décision disciplinaire, il s’agit d’un « pourvoi » ou d’un « recours » en cassation, alors qu’une décision administrative sera l’objet d’un « recours pour excès de pouvoir ».

Décision disciplinaire

L’intérêt de ce distinguo n’est pas purement scolastique, les critères fonctionnels des deux procédures sont fondamentalement différents.
Juge de cassation, le Conseil d’État examine la régularité de la décision du juge disciplinaire, que ce soit sur le plan de la régularité externe ou ou sur celui de la régularité interne, mais le juge du fond garde entière son « appréciation souveraine des faits ». Ce principe bien établi fait dire trop hâtivement à certains que le juge de cassation ne relève que les fautes procédurales.
Affirmation élémentaire et erronée, car l’appréciation des faits est un processus intellectuel à mi-chemin entre leur constatation et leur qualification, que la matérialité des faits et leur qualification sont de la compétence du Juge de cassation, et enfin, last but not least, préciser dans l’étude des faits ce qui différencie leur constatation, leur appréciation, et leur qualification, est moins simple que distinguer les trois couleurs de notre emblème national… Il n’empêche que le recours en cassation n’est pas une deuxième voie d’appel.

Décision administrative : le recours pour excès de pouvoir

La situation est diamétralement différente dans le cas d’une décision administrative prise par un conseil départemental de l’ordre des médecins, et contestée devant le conseil national, directement ou après un premier recours devant le conseil régional, par la voie du recours hiérarchique.

Saisi par la voie du « recours pour excès de pouvoir », le conseil d’État a toute latitude pour annuler une décision administrative entachée d’une « erreur manifeste d’appréciation ». Un conseil départemental en a fait l’amère expérience à l’occasion d’une affaire déjà évoquée [1]. Par une lecture contestable du code de la santé publique, un conseil départemental se crût autorisé à procéder à la radiation d’un chirurgien pour « perte de moralité ». Cette déclaration ahurissante, tenant davantage de la lettre de cachet que de la légalité républicaine, avait pour origine l’absence de déclaration, maladroite sans doute, d’une sanction de la section des assurances sociales, formation paritaire plus que disciplinaire.

Le conseil d’État ne se prononça pas vraiment ; ni sur la réalité de la faute, ni sur la compétence du conseil départemental. Il serait même hasardeux d’évoquer une quelconque jurisprudence par prétérition. Mais, en tant que juge de l’excès de pouvoir, la Haute Assemblée jouit d’un pouvoir de plein contrôle de proportionnalité et annula la radiation au motif d’une « erreur manifeste d’appréciation ».

Le chirurgien ne pouvait mieux espérer, ses avocats non plus.

 

 

[1] « Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État »




Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article


Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Bon de transport : mode d’emploi
Les primes de responsabilité civile professionnelle des médecins sont justifiées...
Afficher les tarifs : une obligation commune à tous les professionnels de santé
Les implications de l’affaire Perruche
Les sinistres médicaux déclarés semblent moins nombreux que prévu
Des médicaments à usage pédiatrique...
Le dossier médical de Google
Des médicaments utilisés en dehors des indications de l’autorisation de mise sur le marché
Chauffards de la responsabilité civile professionnelle médicale ?
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire


THÈMES ABORDÉS

Justice
Rédaction
Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
Les publications médicales dans les prétoires
Confusion dans la composition du Conseil national de l’ordre des médecins
La F3A recrute
Médecin expert : une expérience à part  
Suicide des médecins  
L’hormone de croissance devant la justice  
Refus d’euthanasie active  
Justice pénale et santé  
Facturations d’actes frauduleuses : un médecin de l’Ain mis en examen  
Certificats de complaisance : un médecin bordelais mis en examen  
Patron de l’Administration d’Etat chinoise de l’alimentation et du médicament : un métier à risque  

Sections disciplinaires
Le praticien face aux sections des assurances sociales
L’affaire Tarpin met en difficulté l’institution ordinale  


SUR LE WEB


Le consentement à l'acte médical en droit comparé
Les décisions médicales de fin de vie : comparaison France, Canada, Pays-Bas
La personne de confiance à Cochin Saint-Vincent-de-Paul
La personne de confiance en éthique clinique
La personne de confiance en médecine de ville
La personne de confiance dans les hôpitaux publics
Introduction de la notion de personne de confiance dans la loi
Dossier médical personnel et droits des personnes



Jacques Vitenberg

Chargé d’enseignement de droit médical à Paris V

Lauréat de la Faculté de médecine de Paris

Ancien professeur à l’Institut d’histochimie médicale

Avocat au Barreau de Paris

Devant les sections ordinales des assurances sociales
Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Une déposition de médecin expert annulée
Un praticien lavé de l’accusation d’homicide
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2017 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5