| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Législation
Confusion dans la composition du Conseil national de l’ordre des médecins
Code de la santé publique : d’un article à l’autre
vendredi 30 juillet 2010 -  Jacques Vitenberg

La lecture du Code de la santé publique laisse perplexe quant à la présence effective d’un conseiller d’État dans l’organigramme du conseil national de l’ordre de médecins.

Le lecteur du Code de la santé publique peut prendre connaissance, au titre III, chapitre II, du premier livre de la quatrième partie, consacré aux professions médicales, de l’article L. 4132-4, écrit en italique, ce qui signifie qu’il n’a plus cours.

« (Abrogé par l’Ordonnance n° 2005-1040 du 26 août 2005, loi n° 2002-303 du 4 mars 2002, article 62 III)

Le conseil national est assisté par un conseiller d’État, ayant voix délibérative, qui est nommé par le ministre de la justice ; le cas échéant, plusieurs conseillers d’État suppléants sont désignés dans les mêmes conditions »

 [1]

Or il existe, dans un autre article du même livre (titre II, chapitre II, art. L. 4122-1-1), un texte parfaitement identique, en caractères usuels cette fois et non en italiques [2]. La mention « abrogé » ne figure pas, et le visa de la loi de 2002, pas davantage.

Abrogé ou pas ?

cspdalloz2009.jpgIl semblerait que l’erreur se situe au niveau de l’introduction dans le Code de l’article L. 4122-1-1, l’ordonnance de 2005 ayant supprimé cette mention figurant dans la loi de 2002.
Dans deux affaires récentes, l’une intéressant des médecins et l’autre concernant des chirurgiens-dentistes, la lecture n’a pas été pas la même, celle des chirurgiens-dentistes étant la bonne.
L’ordonnance de 2005 a suivi le chemin classique : habilitation par la loi n° 2007-127 du 31 janvier 2007 suivant la décision n° 2007-546 DC du 25 janvier 2007, censurant très partiellement l’ordonnance, mais sans modifier la nouvelle composition du Conseil national.
La situation est ubuesque : les querelles procédurales sur la composition du Conseil national visant toujours l’article L. 4122-1-1, abrogé, comme le stipule l’article L. 4132-4. L’annulation d’une décision du Conseil national par ce moyen ne repousserait que de quelques mois une nouvelle décision, identique sur le fond, par une formation rectifiée.
A moins que des moyens nouveaux reposant sur des faits nouveaux ne soient alors produits.

 

 

[1] Code de la santé publique. Editions Dalloz, 2009. Le texte est aussi celui du site officiel Légifrance. Article L. 4132-4.

[2] Code de la santé publique. Légifrance. Article L. 4122-1-1.




Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article

  • Confusion dans la composition du Conseil national de l’ordre des médecins
    23 novembre 2010, par robineau

    Encore un sujet à prendre avec des pincettes, et si c’est avéré encore un mensonge et des cachoteries...on n’est plus à une près hein...

    Reparation de votre iphone chez reparation iphone

Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
Du serment d’Hippocrate au serment médical
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Un médecin libéral peut-il refuser de voir un patient ?
La déclaration de choix du médecin traitant
Grandes manœuvres par motifs implicites
Assurance responsabilité civile professionnelle médicale : l’initiative privée mise à mal
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Votre logiciel de prescription respecte t-il la Loi ?
Traitez... vos déchets !


THÈMES ABORDÉS

Jurisprudence
Prévention, aptitude et médecine du travail
La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Les implications de l’affaire Perruche
Des produits de santé défectueux...
Les infections nosocomiales (1/2)
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Les publications médicales dans les prétoires
L’appréciation souveraine des juges du fond
La médecine n’est pas le monopole des médecins  
Arrêt de travail, accident du travail et reprise  
Travail, santé et discrimination  
Médecin esthéticien, plaquette publicitaire d’un produit et obligation d’information  
Distinction entre cabinet médical et clientèle  
Responsabilité civile du préposé  
Kinésithérapie et droit de la santé : un site d’experts  
Chirurgien-dentiste, responsabilité de l’Etat et méconnaissance des engagements internationaux  
Précisions sur les suites d’une indemnisation des salariés victimes d’une maladie professionnelle liée à l’amiante  
Publicité faite par une clinique et déontologie  

Justice
Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
La F3A recrute
Une question d’appréciation
Rédaction
Certificats de complaisance : un médecin bordelais mis en examen  
Facturations d’actes frauduleuses : un médecin de l’Ain mis en examen  
Suicide des médecins  
Refus d’euthanasie active  
Patron de l’Administration d’Etat chinoise de l’alimentation et du médicament : un métier à risque  
Justice pénale et santé  
L’hormone de croissance devant la justice  
Médecin expert : une expérience à part  

Législation
Le médecin soumis à la publicité
Renouvellement de la prescription de lunettes par l’opticien
Petit guide juridique du consommateur de chirurgie esthétique non réparatrice
Ecole et certificats médicaux
Incapacité, invalidité et handicap
À quoi sert une assurance responsabilité civile professionnelle médicale ?
Ostéopathie, qui peut faire quoi ?
Les fondements de la responsabilité médicale
Législation et verres correcteurs (2/2)
Evolution de l’accès des ayants-droit au dossier médical
Loi et handicap  
Etre malade et assuré  
Prise en charge à titre dérogatoire de certaines spécialités pharmaceutiques, produits ou prestations  
Franchise médicale  
Euthanasie et assistance au décès en Suisse  
Accès aux médicaments hors AMM et aux produits de santé non remboursables  
Cadre juridique du métier de pharmacien  
La hiérarchie des normes en droit français  
Groupe de travail national « amiante et fibres »  
Nouvelles règles d’archivage des informations médicales  


SUR LE WEB


Le statut juridique de l'infirmier(e) de bloc operatoire. Par Vincent Ricouleau, Avocat.
Suisse, Luxembourg, Israël : le point sur les régularisations de comptes bancaires étrangers. Par Raphael Tedgui, Avocat.
Requalification en contrat de travail : « attention de ne pas se faire prendre au jeu » ! Par Nadia Rakib.
Nouvel arrêt de la CJUE sur l'application de la CSG et la CRDS aux salariés détachés. Par Stéphanie Druelles, Avocat.
Assistance éducative, l'audience devant le Juge des enfants. Par Juliette Clerbout, Avocat.
Maintien du salaire pendant un arrêt maladie. Par Agnès Bonnes, Avocat.
Écoute téléphonique des salariés : création de la norme simplifiée n°57 par la CNIL. Par Yaël Cohen-Hadria, Avocat.
Délits de presse et suspension de la prescription. Par Stéphanie Dalet-Venot, Avocat.



Jacques Vitenberg

Chargé d’enseignement de droit médical à Paris V

Lauréat de la Faculté de médecine de Paris

Ancien professeur à l’Institut d’histochimie médicale

Avocat au Barreau de Paris

Confusion dans la composition du Conseil national de l’ordre des médecins
Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
L’appréciation souveraine des juges du fond
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Evolution de l’accès des ayants-droit au dossier médical
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2015 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5