| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Evolution de la déontologie médicale
Du serment d’Hippocrate au serment médical
De la médecine au social
Première publication : 1er janvier 1970, mise en ligne: samedi 24 juin 2006 -  Bertrand Hue

hippocrate.jpgIl y a bien des années que les médecins ne prêtent plus le serment d’Hippocrate contrairement à une idée reçue. Le "serment médical", mettant en avant un caractère plus social et humaniste qu’un intérêt pour les soins, l’a remplacé.

Voici le serment d’Hippocrate d’après la traduction faite par Littré [...]

Lire la suite "Du serment d’Hippocrate au serment médical"



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article

  • Du serment d’Hippocrate au serment médical
    10 avril 2008
    Merci pour ce beau texte du serment médical. Si j’ai bien lu il affirme "Je ne provoquerai jamais la mort délibérément" Voila un serment que l’on devrait transmettre a beaucoup de medecins et en particulier au médecin generaliste de Chantal Sebire ...
    Cordialement
    Hippocrate
    • Du serment d’Hippocrate au serment médical
      1er avril 2009, par nichlass
      En quoi le médecin de Chantal Sébire a trahi le serment d’hippocrate puisqu’elle s’est suicidée ? Insinuer que son médecin l’a assistée sans en connaître vous-même la vérité est une honteuse calomnie. Et puisque vous aimez lire, je vous invite à consulter la définition d’une délation.
  • > Du serment d’Hippocrate au serment médical
    10 juillet 2006, par Anne-Claire Muller (juriste)

    Même si l’on peut être sceptique sur l’opportunité d’un remaniement du serment que prête le médecin en fonction des évolutions sociétales, il est certain que le serment médical tel qu’il est prêté actuellement a été très nettement influencé par les évolutions jurisprudentielles récentes du droit de la responsabilité médicale, droit marqué par une prise en compte croissante des droits du patient.

    L’étude comparative du serment médical et du serment originel est révélatrice de cette évolution :

    - "Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. (...)". Ce principe de non discrimination se retrouve actuellement dans toutes les branches du droit : le Code du travail a ainsi intégré entre autres l’article L 122-45 qui interdit toute discrimination à l’embauche fondée sur des critères tels que le sexe, l’âge, l’appartenance vraie ou supposée à une éthnie, les croyances religieuses ou philosophiques,... Cette lutte contre les discriminations a également inspiré la nouvelle loi sur l’égalité des chances qui légalise des pratiques comme le testing (dans les entrées en discothèque, lors d’entretiens d’embauche ou pour l’accès à la location ou à la propriété immobilière).

    - "J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences". La première partie du texte paraît directement inspirée de la loi 2002-303 du 4 mars 2002 qui érige l’information du patient par le médecin comme un véritable droit qui permet au patient de donner un consentement libre et éclairé à tous les actes qui sont envisagés. Le médecin devient véritablement débiteur de cette information médicale et c’est d’ailleurs sur lui que pèse la charge de la preuve de cette information(relativement difficile à mettre en pratique...)

    - "Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément". Ce paragraphe correspond quant à lui à la promotion des soins palliatifs, à la prohibition de l’acharnement thérapeutique et à l’interdiction de l’euthanasie. Vu les débats récents qui ont suivi l’affaire Vincent Humbert et l’adoption de la LOI 2005-370 22/04/2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie , on peut se demander si dans les prochaines années, une nouvelle modification du serment ne risque pas d’intervenir...

    • > Du serment d’Hippocrate au serment médical
      25 septembre 2007
      Bien vu.
      De même avec la mention "Je ne remettrai pas d’ovules abortifs aux femmes."
      On a adapté le texte à la loi Veil. Et un médecin n’est plus un médecin.
      • > Du serment d’Hippocrate au serment médical
        17 mars 2008, par camomille
        ET UN MEDECIN EST ENCORE PLUS UN MEDECIN... mais certaines personnes malheureusement resteront toujours arrierees...
        • > Du serment d’Hippocrate au serment médical
          19 novembre 2008
          Oui et la question évidente est : QUI demeure arriéré ? c’est peut être davantage ceux qui croient détenir la vérité et un pouvoir à protéger.
          • > Du serment d’Hippocrate au serment médical
            25 août 2009, par olaf le gueu
            Et comme tout pouvoir il vous glissera comme du sable entre les doigts et nos mains sècheront et tomberont dans la mort.
            • > Du serment d’Hippocrate au serment médical
              28 juillet 2010, par Dr AKTOUCHE
              qu’en est-il du serment d’Hippocrate à propos des médecins qui osent demander des honoraires à leurs propres confrères pour les avoir examinés, ou examiné un de leurs ayants droit (père, mère, épouse, enfant) ????
              Un des textes de ce serment stipule qu’ils ne doivent en aucun cas demander des honoraires en pareilles circonstances, mais je ne le trouve pas ! pourrait-on me l’envoyer SVP si quelqu’un le connait ?
              Mille merci

Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire
Les médecins sont-ils des dealers ?
Médecine, Europe et amnistie
La déclaration de choix du médecin traitant
Le droit de prescription est-il à vendre ?
2007 : enfin la transparence de l’assurance responsabilité civile professionnelle médicale ?
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
Evolution de l’accès des ayants-droit au dossier médical
Un médecin libéral peut-il refuser de voir un patient ?
Grandes manœuvres par motifs implicites


THÈMES ABORDÉS

Déontologie
Le secret médical n’est plus...
Toute l’actualité en droit médical sous l’angle bioéthique
Les implications de l’affaire Perruche
Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
Les avocats, les médecins et la publicité sur Internet  
Code de déontologie des masseurs-kinésithérapeutes : une vraie nouveauté ?  
Publicité faite par une clinique et déontologie  
La déontologie médicale au centre du débat algérien  
Dépassements d’honoraires : piqûre de rappel du Ministère de la santé  
Refus d’euthanasie active  
Conférence inaugurale du DEA éthique médicale et biologie - 12 janvier 2004  
Médecin et site Internet  
Premier vote pour le Conseil de l’ordre infirmier  
L’affaire Tarpin met en difficulté l’institution ordinale  

Droit
Le piège des bonnes pratiques médicales
Les sites syndiqués par Droit-medical.net
Un dictionnaire pour le droit de la santé et la biomédecine
Médecine & droit n°86
Soyez votre propre médecin traitant !
Demandes d’emploi : droit de la santé
Le médecin soumis à la publicité
Offres d’emploi : droit de la santé
Le dépôt des biens et des valeurs à l’hôpital et en clinique
Commissions régionales de conciliation et d’indemnisation : un succès
L’illégalité de la circulaire du 2 février 2005 relative à la laïcité dans les établissements de santé  
Management et carrières publiques hospitalières : un nouveau master à Cergy-Pontoise  
Recueil international de législation sanitaire  
2010 année généreuse  
Des généralistes psychiatres polyvalents  
Responsabilité médicale et e-DMP  
La hiérarchie des normes en droit français  
Conditions de facturation, soins ambulatoires et soins externes  
Conducteurs âgés : pourquoi pas de contrôle médical ?  
Université européenne d’été de droit de la santé et de bioéthique  


SUR LE WEB


Rentrées d'octobre 2018 et de janvier 2019 : Portes Ouvertes de l'école HEAD mardi 25 septembre 18h30-21h.
Le changement du régime matrimonial. Par Aurélie Thuegaz, Avocat.
GPA : que reste-t-il de la prohibition française ? Par Flora Labrousse, Avocat.
Opacité de l'administration fiscale. Par Pierre Farge, Avocat.
1er octobre 2018 : la dématérialisation des marchés publics approche, êtes-vous prêts ?
"La robe m'a tuer" : réforme du code de procédure pénale et de la loi organisant la profession d'avocat au Maroc. Par Mourad El Ajouti, Avocat.
Qui es-tu, journaliste juridique ?
Nuit blanche pour célébrer le droit : participez à la Nuit du Droit 2018 !



Bertrand Hue
DESS de droit médical

Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Ecole et certificats médicaux
Ce que change la définition du conjoint collaborateur
Bon de transport : mode d’emploi
Un médecin libéral peut-il refuser de voir un patient ?
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5